Vous êtes sur le site
Votre pays
FacebookTwitterYoutubepinterestInstagramGoogle PlusRss

Dans les pas | Le général Leman à Loncin


S’il est un site wallon qui symbolise toute l’horreur de la première guerre mondiale, c’est bien celui du Fort de Loncin.


Depuis des décennies, un comité de bénévoles veille sur cette véritable nécropole, permettant aussi à ses visiteurs, grâce à une scénographie impressionnante, de mieux comprendre le drame qu’y vécurent, le 15 août 1914, pas moins de 550 soldats belges. Près de 300 d’entre-eux reposent toujours sous les gravats d’une poudrière détruite par les obus de la « Grosse Bertha ».


Harangués par leurs chefs, le colonel Victor Naessens et le général Gérard Leman, à qui ils avaient juré de ne jamais se rendre, ils avaient formé le dernier rempart à l’invasion allemande. Le fort de Loncin faisait partie des douze fortifications construites, dès 1888, à l’initiative du général Brialmont, pour ceinturer Liège. Elles avaient pour but de couvrir de leurs tirs les différentes voies de communication convergeant vers la Cité Ardente.
 

Le général Leman et la défense de Liège

En 1914, c’est au lieutenant-général Leman que le roi Albert Ier confia la défense de Liège. Les deux hommes se connaissaient bien, Leman ayant assuré l’éducation militaire du premier. Mathématicien réputé, mais aussi bourgeois austère, pour ne pas dire glacial, il avait d’ailleurs été mis à la tête de l’Ecole royale militaire pour y rétablir une discipline chancelante. Il y avait gagné le surnom d’ « excité du bocal », passant ses journées à surveiller tout ce qui s’y passait par l’œil de bœuf, le « bocal » dans le jargon, surplombant la cour de l’école. Et c’est, entre autres, pour ses dons disciplinaires qu’il fut muté à Liège, dont la garnison passait pour être particulièrement frondeuse. Mais s’il est entré dans l’Histoire, c’est pour avoir refusé la reddition de Liège exigée par l’Allemagne, le 5 août 1914.


Son quartier général ayant été attaqué dans les heures qui suivirent, c’est au fort de Loncin qu’il va installer ce qui lui reste comme état-major et tenter de coordonner la défense de Liège. Mais, seul, Loncin va réussir à maintenir sa position, huit jours durant, obligeant les Allemands à faire appel à la « Grosse Bertha » pour mettre fin à cette résistance héroïque. Ce ne sont, dit-on, pas moins de 15.000 projectiles qui, les 14 et 15 août 1914, vont s’abattre sur le fort. Et c’est un obus de 420 mm, pesant 800 kilos, perçant la coupole protégeant l’arsenal qui, vers 17h00, va mettre fin à cette résistance.


Loncin
entre dans la légende. Leman également. Si un grand nombre de soldats sont ensevelis sous des tonnes de béton, le général est capturé, quasi inconscient, par les Allemands et emmené en captivité. Malade, amputé d’un orteil, il est libéré sans condition le 19 décembre 1917 et réussit à rejoindre son Roi, sur l’Yser, pour reprendre du service, forgeant encore plus sa légende. Mais, au lendemain de l’armistice, il n’a guère le temps de savourer les honneurs qui le couvrent. Il décède, le 21 octobre 1920, en héros national.


Accessible au public, le fort, resté en l’état évoque, bien sûr, le destin de Leman. Mais c’est le sort des 550 héros de Loncin qui bouleverse tout au long du parcours scénographié mis en place.
 

Fort de Loncin, un site unique, témoin de la Grande guerre à Liège (LONCIN)

Fort de Loncin, un site unique, témoin de la Grande guerre à Liège
© Simon Kench

Le Fort de Loncin est considéré comme le symbole de la Bataille de Liège et de l’héroïsme de la Belgique face à l’attaque allemande en 1914....

En savoir plus


Fort de Battice (BATTICE)

Fort de Battice
© Maison du Tourisme du Pays de Herve

Le Fort de Battice est l'un des 4 forts de Liège construits avant la Seconde Guerre mondiale....

En savoir plus


Fort de Barchon (BARCHON)

Il s'agit d'un des douze forts conçus par le général Brialmont autour de Liège. Il occupe, avec Pontisse sur l'autre rive de la Meuse, la position la plus au nord de Liège...

En savoir plus


Fort de Flémalle (FLEMALLE)

Fort de Flémalle
© office du tourisme de Flémalle

Découvrez l'univers militaire du passé au fort de Flémalle. Comment ils défendaient notre pays, le fonctionnement et comment y vivaient nos soldats....

En savoir plus


Fort de Huy, Mémorial national de la Résistance (HUY)

Fort de Huy, Mémorial national de la Résistance
© FT Province de Liège

Découvrez le pays de Huy, le site prestigieux de la cité historique et le fort avec son impressionnant Musée de la Résistance et des Camps de Concentration.Le Fort et son...

En savoir plus


Fort de Lantin (LANTIN)

Fort de Lantin
© Denis Deuse

Un parcours-spectacle anime la visite du fort de Lantin. Des séquences vidéo rappellent l'évolution des fortifications...

En savoir plus


Fort de Saint-Héribert (FLOREFFE)

Fort de Saint-Héribert
© Fort de Saint Heribert

Le Fort de Saint-Héribert fait partie de la ceinture des 9 Forts qui protègent la ville de Namur...

En savoir plus


Fort d'Eben-Emael (EBEN-EMAEL)

Fort d'Eben-Emael
© André Dalemans

Le fort d'Eben-Emael est toujours un domaine militaire...

En savoir plus


Fort d'Emines | Lieu de mémoire de la Grande Guerre (CHAMPION)

Fort d'Emines | Lieu de mémoire de la Grande Guerre
© Fred. Pauwels/collectif HUMA

Situé à 5 kilomètres du centre de Namur, entre les villages d’Emines et de Saint-Marc, le Fort d’Emines est très bien conservé et demeure en grande partie inchangé...

En savoir plus



 

Renseignements touristiques sur la ville et la région

Office du Tourisme de Liège (LIEGE)

Office du Tourisme de Liège
© WBT - Denis Erroyaux

À 1 heure de Bruxelles, à peine plus de la France, 30 min de l'Allemagne et 15 min des Pays-Bas, Liège est une ville résolument tournée vers le monde....

En savoir plus


Maison du Tourisme du Pays de Liège (LIEGE)

Commandez votre bon de réduction
Maison du Tourisme du Pays de Liège
© WBT - Denis Erroyaux

En savoir plus